Accueil

GPHG 2022: Max Büsser, le rêveur du temps

11.03.2023

NOUVEAUTÉ - À Genève, MB&F s’est vu décerner l’Aiguille d’Or, la plus prestigieuse des récompenses horlogères, pour sa montre Legacy Machine Sequential Evo.

Il ne faut jamais abandonner ses rêves d’enfants. Parfois, ce sont eux qui vous mènent au sommet. Désormais, Maximilian Büsser, fondateur de la maison MB&F, n’est pas sur le toit du monde mais sur celui du temps. Lors de la 22e cérémonie de remise des prix du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, l’académie et le jury de ces «Oscars» de l’horlogerie mondiale lui ont décerné le plus prestigieux des prix, l’Aiguille d’Or. Le créateur horloger est même reparti avec deux prix de cette soirée, s’étant par ailleurs vu décerner le prix du Challenge pour sa sidérante M.A.D.1 Red, avec sa construction de boite innovante, sa lecture latérale de l’heure, son mouvement inversé et son rotor à trois lames.

«Difficile de résumer cette œuvre tant elle cumule de prouesses horlogères,explique le jury en décrivant la Legacy Machine Sequential Evo. Elle intègre non pas un mais deux chronographes distincts, capables de mesurer le temps de manière linéaire, séquentielle ou cumulative. Ajoutez à cela une finition extrêmement soignée, et vous obtenez une sublime Aiguille d’or.» Comment une telle pièce a pu devenir réalité? Grâce à Stephen McDonnell, le célèbre horloger nord-irlandais autodidacte. «Fin 2016, j’avais acheté mon premier chronographe à rattrapante aux enchères. Mais pour lui, si les chronos sont magnifiques, ils sont fondamentalement imparfaits C’est au moment où on l’enclenche qu’il perd le plus de précision, d’amplitude. En Janvier 2018, il est venu nous voir avec une solution qui fait que ce Sequential est le premier chronographe où, quand vous l’enclenchez, vous ne perdez ni amplitude ni précision. Vous avez deux mouvements chronographes indépendants mais liés, avec quatre fonctions chronographe, dont deux sont des premières mondiales . Cette pièce de 585 composants, il l’a imaginée, développée. Je crois qu’il en est aussi fier que nous.»

Comme pour le calendrier perpétuel de la marque, Stephen McDonnell a réinventé ici la complication traditionnelle du chronographe en intégrant dans un mouvement unique deux chronographes à roues à colonnes, ainsi qu’un commutateur binaire révolutionnaire, le «Twinverter». Mais il ne s’est pas arrêté là: grâce aux arbres d’embrayage à rubis internes brevetés, plus de problèmes de variation d’amplitude entre les modes actif et inactif.

La Legacy Machine Sequential Evo récompensée cette année à Genève est le vingtième calibre en 17 ans d’histoire de MB&F.» Il y a 17 ans, je créais cette boîte tout seul, avec juste un dessin de la HM1. Quand je regarde en arrière, je me dis que j’étais totalement cintré! Il y a eu des hauts et des bas. Mais c’est une histoire extraordinaire. Il y a les artisans, les détaillants qui ont cru en nous, et les clients qui ont regardé mon HM1 il y a 15 ans et ont dit: «c’est cool. 160 000 francs? Tiens, prends mon argent!» Ils étaient aussi cintrés que moi!»

«Le postulat de départ est que l’on se fiche complètement de plaire avec ce que l’on fait, nous confiait jadis le fondateur de MB&F. Certains créent des produits en se disant ça va se vendre. Là, je me dis que tout ce que je fais aujourd’hui, je veux en être fier dans dix ou vingt ans.» Tel un adulte ayant su garder intacts ses rêves d’enfant, Max Büsser se voit donc cette année couronné par la profession horlogère. Ce qui ne l’empêche pas de rester fidèle à lui-même, visiblement ému, mais bien dans ses baskets.

«Beaucoup de gens viennent me voir en disant c’est formidable ce que vous faites, car moi je ne suis pas créatif», a-t-il raconté lors de cette soirée de gala genevoise du GPHG. J’ai deux petites filles de 5 et 9 ans, je voudrais m’assurer qu’elles restent créatives, car tous les enfants sont incroyablement créatifs. Mes filles adorent dessiner avec moi. À trois ans, ma grande m’a dessiné un truc ressemblant à une pomme de terre. Elle m’a dit «non c’est une maison». Je lui ai dit «j’adore ta potato house, c’est cool.» Trois mois plus tard, elle est revenue de l’école en faisant des maisons comme tous les autres enfants. Dans un Ted talk extraordinaire de Ken Robinson dont le titre est «Does school kill creativity?», une phrase dit «tous les enfants sont créatifs parce qu’ils n’ont pas peur d’avoir tort.» On passe leur temps à leur dire ne fais pas ci, les profs le font tout le temps. C’est la leçon que je dis à mes filles: n’oubliez jamais votre maison patate! Mais cela ne suffit pas de dire «je n’en ai rien à faire, je fais ce que je veux.» La vraie créativité, comme disait David Bowie, on l’a quand on commence à perdre pied. Et là, il faut être très bien entouré sinon vous vous noyez. J’ai eu une chance extraordinaire avec Eric Giroud qui m’accompagne depuis 17 ans, Serge Kriknoff, mon compagnon de voyage depuis 15 ans. Nous sommes 41 aujourd’hui chez MB&F ; j’avais dit que l’on ne serait jamais plus de quinze!»

Que vous connaissiez ou non déjà les Objets Horlogers Non Identifiés de MB&F, vous pouvez les découvrir au sein du premier MB&F Lab d’Europe, à la fois galerie, concept store et boutique, tout juste ouvert à Paris par Laurent Picciotto, président fondateur de Chronopassion, et Maximilian Büsser. «Laurent Picciotto était l’un des premiers bailleurs de fonds du concept MB&F il y a 17 ans, rappelle-t-il. Il a cru en mon rêve et m’a permis de faire ces premiers pas cruciaux. Nous ne sommes pas la seule nouvelle marque qu’il a aidée au cours des dernières décennies. Chronopassion, son magasin légendaire, est devenu pour tous les aficionados d’horlogerie indépendante une visite incontournable dès qu’ils sont à Paris.»

«J’ai rencontré Laurent à l’automne 1990 dans sa boutique Chronopassion, lorsqu’il m’a fait partager sa passion pour la haute horlogerie alors que je n’étais qu’un jeune étudiant sans moyens, explique Maximilian Büsser. MB&F Lab prendre vie au même endroit avec un ami et un incroyable connaisseur de la haute horlogerie». Ce MB&F Lab «correspond finalement sur mesure à ce qu’est devenue MB&F: une marque de premier plan, avec des fondamentaux extrêmement solides, qui se traduisent concrètement par la création d’un design, d’un univers et d’un mobilier 100% uniques», estime pour sa part Laurent Picciotto.

Au sein de ce MB&F Lab, entre cabinet de curiosités, galerie d’art et lieu de rencontre les amateurs de l’univers MB&F retrouveront une sélection de créations mécaniques insolites sélectionnées, par Maximilian Büsser et son équipe: sculptures mécaniques, tableaux cinétiques, boîtes à musique co-créées par MB&F et Reuge… La sélection d’objets sera régulièrement renouvelée.

 

Source : https://www.lefigaro.fr/horlogerie/gphg-2022-max-busser-le-reveur-du-temps-20221111