Accueil
BOVET 1822

Amadeo® Fleurier Tourbillon Amadéo

Boîtier
Or gris
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Etanchéité
30 m
Taille
ø 45 mm
Epaisseur
11.4 mm
Mouvement
Mécanique à remontage manuel
Réserve de marche: 168 h, 21600 alternances / heures
Mouvement squelette
Fonctions
Heures, Minutes, Réserve de marche, Secondes, Tourbillon
Référence
AIFSQ50?-C12346
Année
2013
Collection
Grandes Complication / Série limitée à 1 exemplaire
Prix HT
302'000 CHF
Description

Parmi les nombreuses nouveautés dévoilées lors du Salon BOVET 2013, figure le premier Tourbillon squelette des collections Fleurier. Ce garde-temps est une nouvelle ode aux arts décoratifs. L’usage des platines trois-quarts laisse en soi déjà une importante quantité de lumière traverser la cage du tourbillon. De ce fait, la densité mécanique dans la partie supérieure du mouvement n’en est qu’accrue d’autant plus qu’on retrouve ici les deux traditionnels barillets qui fournissent l’énergie nécessaire à une réserve de marche de sept jours ! A la première vue du garde-temps on imagine les efforts qu’ont dus déployer les horlogers pour parvenir à un tel résultat sans faire trop de concessions en termes techniques. Un raisonnement absolument légitime quand on connaît la fragilité et la délicatesse des mouvements squelettés et particulièrement de leur échappement. Traditionnellement, les artisans graveurs reçoivent des jeux de ponts et platines squelettés et décorent au mieux leur surface en suivant les formes de la découpe. Mais Pascal Raffy et ses équipes ont réfléchi ce garde-temps autrement afin qu’il atteigne l’excellence esthétique sans que la fiabilité et les performances chronométriques ne soient diminiuées. Le secret de cette réussite est d’avoir confié conjointement le dessin du squelettage aux horlogers – pour l’aspect technique- et aux artisans graveurs. En intégrant les contraintes techniques à leur recherche, ces derniers ont donné aux platines et aux ponts la forme de leurs découpes afin que celles-ci correspondent parfaitement aux fleurisannes qu’ils allaient ensuite graver sur la surface de chaque composant. Les mouvements de DIMIER 1738 (Manufacture de Haute Horlogerie Artisanale faisant partie intégrante de BOVET 1822) se caractérisent notamment par la mise en valeur des volumes. L’esthétique et la décoration des mouvements sont toujours pensées en trois dimensions. Le Tourbillon Squelette Amadéo est un aboutissement dans l’utilisation des volumes qui en fait d’avantage une sculpture qu’un mécanisme décoré. La découpe des composants, leurs gravures, les contrastes entre les différents états de surfaces soulignent la complexité du mécanisme et magnifient chaque détail. Des heures d’observation ne suffisent pas à découvrir chaque subtilité, chaque détail ou chaque coup de génie. Comme celui de graver les platines sur leur deux faces par exemple. Idée simple en apparence et dont les bénéfices sont aussi évidents qu’époustouflants, mais qui complique encore le travail des artisans graveurs. Il est effectivement très risqué et délicat de graver la seconde face d’un pont ou d’une platine sans altérer les heures de minutie qui ont été nécessaires à la gravure de sa première face. Malgré la sophistication de son squelettage et de sa décoration, le tourbillon Amadéo n’en demeure pas moins un garde-temps fiable, fonctionnel et précis pouvant être aisément porté au quotidien. Il affiche heures, minutes ainsi que sept jours de réserve de marche et l’aiguille de secondes est portée par le pivot supérieur de la cage de tourbillon.
Réversible et convertible, l’aiguillage inversé reprend heures et minutes sur des aiguilles excentrées de la deuxième face du garde-temps. Cet aiguillage inversé s’affiche sur le seul cadran que compte le tourbillon Amadéo. Il s’agit en fait d’un tour d’heure sur un cadran en nacre avec un motif d’un canard mandarin qui, dans la plus pure tradition des mouvements squelettes, est ouvert en son centre afin de laisser la mécanique nous enchanter. En plus de l’extraordinaire dextérité des artisans qui sont parvenus à « façonner » ce garde-temps sans la moindre concession technique, il est à relever que les spécialistes du bureau technique de la Manufacture DIMIER 1738 sont brillement parvenus à éviter l’autre piège des mouvements squelettés qu’est sa lisibilité. Pour donner un repère suffisant, trois chiffres romains apparaissent appliqués à même le mouvement à 12H, 3H et 9H. Selon la volonté du collectionneur, le mouvement reçoit un traitement doré ou rhodié. Seul le bleu des aiguilles, de la visserie ou de la serge du balancier contraste avec l’ensemble et lui donne ainsi une force graphique et une lisibilité exemplaire. Avec le tourbillon Amadéo, les artisans de DIMIER 1738 et de BOVET 1822 nous dévoilent un peu plus de leur talent et de leurs secrets.